Ta porte

Tu venais de fermer la porte. Définitivement.

Mais, cette porte, j’en dessine encore les contours.

J’ai toujours la sensation de la poignée dans ma main.

J’entends la cloche qui résonne.

Je la vois s’entrouvrir sur ton sourire, dont j’ai hérité.

Sur cette attente qui se termine par la rencontre de nos yeux mouillés, de nos tendres baisers et de nos premiers mots chaleureusement échangés.

Cette porte, j’y reviens dans mes sommeils.

J’y gratte, j’y sonne, j’y frappe.

Cette porte je la fracturerais si on me disait que tu m’y attendais.

Pourtant, derrière cette porte, il n’y a plus rien qui t’appartient.

Mais pour moi, il y a cette odeur familière quand je rentre.

Il y a le bruit de la cheminée que tu viens d’allumer.

Il y a la tapisserie aux fleurs de velours que je caresse du bout des doigts.

Il y a ce petit chien blanc qui jappe en me voyant. Emporté depuis de nombreuses années.

Il y a les trésors dans les tiroirs comme des soldats au garde-à-vous qui attendent.

Il y a le tourne-disque qui m’emporte, avec lui, dans les années 80.

Il y a les matins café-au-lait dans la cuisine.

Il y a le journal du jour sur la table et un article que tu m’y as découpé.

 

Je ne pense qu’à cette porte que je rêve de pousser.

Je sais qu’elle sera toujours là, cette porte vers toi.

Prête à m’accueillir pour me bercer.

Toujours là pour croire en moi.

Il n’y a pas d’histoire de clé entre nous.

Je crois que tu as toujours lu en moi.

T’écrire et glisser cette lettre sous la porte, c’est continuer à nourrir nos souvenirs.

 

Ce soir, je sais qu’il n’y aura pas de porte fracturée.

Il n’y aura pas d’attente terminée.

Il n’y aura pas tes mots pour me rassurer.

Il y aura tes vieux albums photos à effleurer, les cartes que tu as collectionnées, ton écriture retrouvée.

Il y aura l’odeur du café, « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » le dernier livre que tu m’as donné, il y aura ton arrière petite-fille à s’occuper.

Et surtout, sur ta porte, il y aura cette lettre placardée.

 

Un autre article écrit en atelier, que j’avais envie de partager !

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 comments

  1. Vanessa says:

    Très bel article qui est très personnel mais si familier à la fois.
    Faire vivre les souvenirs est le meilleur moyen de leur rendre hommage.
    Hâte de lire tes prochains écrits que tu as pu faire en atelier d’écriture.
    Bravo July !

    • julycocoon says:

      Merci ! Je ne sais pas encore si j’en partagerai d’autres ! Ils ne sont pas tous réutilisables sur le blog ! Il y a des exercices qui n’auront pas leur place ici… et il y a un texte inventé pour Zoey ! Peut-être celui là !!

  2. Girlinduplex says:

    Ça me rappelle quand on est allé faire le tri dans la maison de ma grand-mère. J’ai apprécié ce moment avec ma mère et ma soeur. Chaque chose avait une histoire qui se racontait.certains n’y voit que des nids à poussière et pour d autres c’est beaucoup plus. Les cadeaux des communions et baptêmes puis mariage de 7 enfants et deux fois plus de petits enfants tous intacts et pourtant cachés. Quelle belle surprise. Merci pour tes mots

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.