Scicli, la ville aux deux visages

Et si on repartait en Sicile ? Après Syracuse, Noto et Marzamemi, nous voici plus au sud à Scicli ! Notre logement était cosy et en plein centre-ville. Nous avons trouvé où nous garer gratuitement et comme à Syracuse, nous avons tout fait à pied ! Le bonheur car malgré les averses, nous avons pu barouder et rentrer nous reposer quand on le souhaitait ! Surtout que je ne sais as ce qui s’est passé là-bas mais nous avions mal partout, du repos et une petite ville où il faisait bon flâner, sans se presser !

Scicli était très mystérieuse, une ville jaune, quasiment désertique. En tout cas très calme. Nous sommes arrivés un dimanche et nous voulions dîner tranquillement à l’appartement et avons un peu galéré à trouver à manger. Tout était fermé ! Heureusement, nous avions de bons restes du marché de Syracuse et nous avons fait avec ! Le lendemain midi nous avons débusqué un petit resto, Prosit, conseillé par notre hôte : une tuerie ! Du charme, du bon vin, des plats de pâtes bien chauds pour nous réchauffer, un peu comme chez la mama !

Une fois le centre visité, nous avons voulu nous aventurer vers les hauteurs. des petites rues sinueuses qui montaient, nous éloignant de l’activité calme du centre et nous dévoilant une autre image de Scicli. Des habitations pauvres, gardées par des chiens. On soupçonnait vraiment l’état vétuste voire insalubre de ce qui se cachaient derrière les portes qui fermaient mal et les tas de choses gardées aux alentours « au cas où » mais faisant ressembler ces bicoques à des bidon-villes ! On n’a pas pris trop de photos, se sentant un peu mal à l’aise d’immortaliser la misère soupçonnée. Cette partie de la Sicile définitivement sale et pauvre.

Le lendemain, le déluge s’abattait et même si nous sommes passés à Ragusa sur notre route assez longue, nous n’avons pas pris de photos et je vous emmènerai directement à l’Etna la prochaine fois !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments

Laisser un commentaire