Quand Harry rencontre Zoey

Vous avez été nombreux à me demander et c’était, de toute façon, le premier article que je voulais écrire après ceux sur la naissance d’Harry. « Quand Harry rencontre Zoey », un titre qui s’est naturellement imposé à mon esprit depuis plusieurs jours, et qui me donne envie de revoir mes classiques !! J’ai classé en plusieurs parties tout ce que j’ai à vous raconter en espérant ne rien oublier !

La grossesse

Comme je vous l’ai déjà un peu raconté, ici ou , Zoey a été la première informée de ma grossesse car j’étais très malade et qu’elle me demandait pourquoi je vomissais… Dès la première petite écho avant les 12 semaines nous avons donc décidé de lui dire avec comme repères : un bébé d’été quand il ferait très chaud. A la St Valentin, nous avons profité de notre traditionnel petit échange de cadeaux pour lui en faire un : une frise Montessori. Nous avons installé la première moitié de l’année de janvier à juin dans le couloir de nos chambres avec une petite épingle à faire avancer chaque jour et quelques auto-collants pour marquer les événements : Pâques, les changements de saison, les vacances scolaires et une petite fille qui attendait au-dessus du 26 juin.

Zoey a bien compris qu’il y avait beaucoup de jours avant le bébé et cela faisait un bon repère dans le temps jusqu’au 20 juin… Le 21 juin marquant le début de l’été, elle l’avait bien compris avec son calendrier et m’a demandé ce jour-là, si le bébé arrivait demain. Quand je lui ai dit qu’on ne savait pas, je l’ai retrouvé au bord des larmes… mais l’ai rassurée en lui disant qu’on approchait du but. Chaque après-midi à l’école elle me demandait pourquoi le bébé n’était pas arrivé dans la journée et cette dernière dizaine de jours a été super éprouvante pour elle et moi moralement… J’avoue que je n’avais plus trop l’énergie de la réconforter sur cette attente quand, moi, je la subissais de plein fouet. Mais vous connaissez la suite de l’histoire !

Le départ à la maternité

J’appréhendais surtout un départ de nuit, avec une logistique plus confuse, voulant éviter de demander à mes parents de faire la route au milieu de la nuit. Nos voisins d’en face étaient un excellent plan car Zoey les voit tous les jours et nos maisons sont semblables. Elle se sentait autant en confiance chez eux qu’eux chez nous s’il y avait besoin de les faire venir. Nous avons donc prévu un lit deux places dans la chambre d’Harry si besoin. Finalement, le départ c’est fait de jour et en présence de Zoey ! Il y avait moins de probabilité qu’elle soit là mais c’est finalement ce qui est arrivé dans le plus grand calme et la bonne humeur. On peut dire, que le 29 juin, nous n’avons pas été pris par surprise et qu’on était tous fin prêts à cette nouvelle aventure ! En tout cas, je n’ai pas eu de stress et je pense qu’elle non plus !

L’annonce de la naissance

Quand mes parents ont récupéré Zoey pour passer la nuit chez nous, avec elle, nous les avons prévenus que cela s’annonçait long… Je crois qu’ils sont restés collés à leur portable toute la nuit mais ce n’est que vers 8h que nous leur avons écrit pour savoir si Zoey était réveillée. Elle dormait ! Nous leur avons donc demandé de nous appeler, avec elle, à son réveil. Pour qu’elle soit la première. Vers 8h45, ce dimanche, 30 juin. Notre fille nous a téléphoné. Nous avons mis le haut parleur, tout comme mes parents pour annoncer à Zoey que le bébé était né et que c’était un petit frère. Elle semblait calme, à l’écoute et un peu émue. Nous lui avons dit : « Zoey, c’est toi qui a choisi le prénom, est-ce que tu sais comment il s’appelle ? » elle a mis quelques secondes à répondre « Harry ». Mes parents étaient ravis. Elle leur avait, bien sûr, déjà dit qu’il s’appellerait comme cela, chose que nous ne lui avions jamais confirmée sachant que nous nous étions décidés très récemment et qu’il nous a fallu attendre de voir le boy pour être sûrs que c’était bien Harry !

La venue à la maternité

L’après-midi même, après sa sieste, Zoey est venue accompagnée de Mr l’Amoureux. Elle était radieuse. Elle est entrée dans la chambre et j’ai fondu en larmes. « Pourquoi tu pleures, maman ? ». « Parce je suis suis heureuse ». Mr l’Amoureux a filmé son entrée dans la chambre, puis a pris des photos… Je m’étais fait des tonnes de film de cette rencontre et elle a été parfaite. Elle a dépassé mon imaginaire. Zoey a été adorable et voulait tenir son frère de nombreuses fois. Nous l’avons donc vite installé sur le coussin de grossesse, dans ses bras. Elle était aux anges. Calme et émue. Ce sont les mots qui me viennent… Elle lui a offert deux petites peluches lapins que nous avions mises ensemble de côté. Harry lui a emmené une poussette cosy bébé confort. Comme une vraie pour jouer avec ses poupées. Je crois qu’elle était ravie ! Pour moi, c’était clairement le plus beau jour de ma vie. Comment une autre journée pourrait-elle rivaliser avec une naissance et la rencontre de ses enfants ?

Les premiers jours

Dès le lendemain, ses passages se sont un peu corsés car elle était plus vive que la veille où elle avait été très sage et patiente. Ses parents lui manquaient, elle était excitée de venir, voulait porter son frère et qu’il pleure (pour confirmer que la marchandise était bien réelle).

Elle a aussi eu un cadeau chaque jour que je passais à la maternité quand elle venait nous voir. Des bagues Reine des neiges (qu’elle demandait depuis longtemps), une poupée Anna, un parfum, des bracelets Reine des neiges… Bon. J’avoue que c’était un peu beaucoup mais j’avais envie de la gâter. Elle qui ne réclame pas trop habituellement a ensuite pris cela pour une habitude et demandait à tous les visiteurs où était SON cadeau… On lui a dit que désormais il faudrait attendre son anniversaire.

Le retour à la maison

Je suis rentrée le jeudi matin, veille du dernier jour d’école. Nous avons donc profité de ces 2 jours, sans elle, pour trouver notre rythme.

Toujours très attentive avec son frère et adorable avec lui, elle a voulu assister à tous les changements de couches (mais de loin), a aidé à donner le deuxième bain, à prendre son premier biberon de lait maternel, pendant mon absence. Il y a un matin, où elle a fait exactement ce que j’avais redouté 9 mois : a détaché son frère du transat et l’a pris dans les bras. J’étais juste à côté et j’ai vite récupéré qu’Harry et expliqué à Zoey qu’elle pouvait le prendre quand elle voulait, qu’on ne dirait jamais non, mais seulement avec nous. Elle n’a pas recommencé et mon cœur ne s’est plus emballé.

Par contre, elle est devenue très difficile avec nous. Enchaînant les crises, les larmes, les mots interdits et surtout une expression qui déformait son visage que je ne reconnaissais plus. Des traits que je n’avais jamais vus sur ma fille… Un matin alors que Mr l’Amoureux la grondait elle lui a dit « tu vas le payer cher ! » expression que nous n’utilisons jamais et nous avons oscillé entre le choc et le fou-rire. Ce matin là, après 10 jours à 4 où nous jonglions entre le rythme effréné d’une petite curieuse de 4 ans et la douceur des premiers jours d’un nouveau né qui ne rêve que de téter et de dormir, nous avons décidé de l’envoyer en pension chez ses grands-parents. 2 jours qui se sont transformés en 5 car elle voulait rester profiter de la mer. Je crois que nous avions un peu surestimé notre énergie pour tout gérer à 2 pendant plus de deux semaines…

Cet été, quand Mr l’Amoureux va reprendre le travail, elle va alterner centre de loisirs, vacances à la mer, week-ends ou semaines avec nous… mais je ne la garderai pas seule avec Harry. Je trouve cela trop ambitieux vu la chaleur, l’allaitement en route et l’envie de Zoey de faire 10000 choses !

J’imagine que des articles sur le lien frère et sœur viendront prochainement compléter cette première rencontre pleine d’amour et d’émotions intenses et que les crises des premiers jours ne seront bientôt qu’un mauvais souvenir. Je m’étais énormément préparée à ça, connaissant Zoey qui ne garde pas ses émotions pour elle, mais la réalité est toujours plus violente et les nuits écourtées, la fatigue du corps et la patience partagée en 2, n’aident pas. Mais l’amour et le bonheur ressentis ont aussi été beaucoup plus forts que ce que j’avais imaginé. Les montagnes russes ni plus ni moins ! On s’en souviendra… 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 comments

  1. Jurluberlu says:

    Merci pour ce joli récit tellement émouvant et tellement vrai… l’annonce, la rencontre frère, les crises de la grande sœur. J’ai vécu tout cela aussi il y a qqs semaines avec ma fille de 3,5 ans et notre petit garçon arrivé en avril. Les crises passent heureusement mais il faut passer du temps avec la grande ! Nous aussi elle part chez ses grands-parents 🙂 Bref même situation, même ressentis – et aussi à Nantes 🙂 Merci et bravo pour votre blog ! Julie

    • julycocoon says:

      Ah je crois qu’on vit tous les mêmes choses, il paraît que c’est normal et sain donc il faut de la patience et du temps avec chacun d’eux en effet !!! Merci pour ce commentaire 🙂

  2. Livteapaper says:

    Encore une fois, très bel article 💜
    Mais pas très rassurant ^^ à la naissance de numéro 2, après la reprise du boulot pour mon mari je devrais garder les 2 le mercredi et toutes les vacances (heureusement les autres jours il y aura la crèche 🙏) et vu le peu d’écart d’âge cela m’effraie d’avance !!!
    Hate de lire d’autres articles sur la petite vie de Zoey et Harry !

    • julycocoon says:

      Ils n’ont pas le même âge et peut-être pas la même énergie que Zoey et Harry 😉 ce sera différent ! Tu auras peut-être de l’aide aussi ?

      • Livteapaper says:

        Je n’y crois pas trop, famille proche mais qui a déjà refusé de garder numéro 1 pour le séjour à la mater (après une cesa j’aurai aimé avoir mon mari près de moi la nuit pour gérer bébé à 2) et pas confiance en ma belle famille…

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.