Ma nouvelle vision de l’allaitement…

Suite à la découverte de mon allaitement je me suis rendue compte que ma vision a changé sur les femmes qui allaitent. Je trouve certaines photos très belles, je veux même en faire pour garder des souvenirs de ces moments précieux et intimes partagés avec Zoey ! Quand je me suis posé la question de l’allaitement, ce qui me freinait c’était ma pudeur, le regard des autres mais surtout le regard que je porte sur la nudité. Aujourd’hui, je change. C’est sûr qu’au début j’avais besoin de me mettre à l’écart de m’emmitoufler dans un lange, de bien cacher ce qui pourrait dépasser. Mais petit à petit j’ai pris confiance dans mes gestes et dans mon corps. Je n’ai plus compris ce qu’on pouvait reprocher à certaines femmes qui allaitent dans les lieux publics. Est-ce que quelqu’un a déjà vu un bout de sein d’une maman dans la rue ? Moi non ! Alors qu’il suffit que j’allume ma tv pour en voir des tripotées. Je me suis vraiment demandé, ce qui pouvait choquer. Bien sûr, il y a toute cette notion d’érotisme autour du sein. Mais sa fonction première est bien d’allaiter, pas de faire fantasmer. Un homme qui serait choqué de voir une femme allaiter, détourne-t-il le regard de sa TV ? Et sur la plage quand sa voisine fait du topless ? Je ne crois pas, et pourtant on en voit beaucoup plus !

11889521_939768729395476_5083708851502634851_n

Revenons aux points positifs que j’ai remarqués, me concernant, celui que j’attendais le moins : du plaisir ! Donner à manger est un des temps fort de la relation avec bébé que ce soit au biberon ou en allaitant ! J’adore ces temps d’échange avec Zoey, on est dans notre bulle, son regard plongé dans le mien, ces petites mains qui se baladent, les petits sons qu’elle émet ! Avec Mr l’Amoureux nous n’avons pas ressenti de frustration du papa. L’allaitement ne dure pas éternellement, tout ce qu’il y a autour, si ! Le papa a toute sa place pour nous : bercements, bains, changer, éveiller… et aider la maman à s’installer ! Et puis au moment des passages au biberon avec son lait ou celui en pharmacie, le papa a une grande carte à jouer !

11935084_951732314865784_2170021932744378302_n

Je suis aussi certaine que l’allaitement a favorisé ma remise en forme ! Mon ventre a très vite retrouvé son chemin, le poids sur la balance est très vite descendu, malgré la douleur à dépasser au début, j’ai apprécié la rapidité de mon corps à se remettre de cette aventure ! Les douleurs du début de l’allaitement ne m’ont pas découragées car la notion de plaisir a été très forte dès le début et je me disais toujours que la peine allait passer et qu’après mon accouchement c’était vraiment surmontable ! Je parle vraiment de mon vécu et ne souhaite surtout pas culpabiliser qui que ce soit. Chaque corps réagit différemment. D’ailleurs, quel que soient son choix on est culpabilisé. Quand on dit qu’on allaite, tout le monde ne comprend pas. J’ai pour ma part ressenti une vraie joie à retrouver ma fille quand il fait noir, un moral d’acier face aux nuits écourtées grâce à ces contacts nocturnes. J’avais tellement entendu qu’un bébé ne faisait pas ses nuits tant qu’il était allaité que j’ai été surprise de voir Zoey commencer à dormir 6h d’affilées à 1 mois et fait depuis de longues nuits sans se réveiller ! J’adore faire un pied de nez à tous les « on dit » terribles que l’on ne cesse d’entendre autour de la maternité !

Alors que j’avais prévu de « sevrer » mon bébé avant mon retour au travail, au bout de quelques semaines seulement j’ai totalement changé d’avis ! Il me semblait insupportable d’arrêter d’allaiter « à cause » de mon travail. J’ai retourné cette idée dans tous les sens, j’ai beaucoup changé d’avis et Mr l’amoureux essayait de m’accompagner comme il pouvait en m’accompagnant à des rendez-vous sur la lactation. Et puis, plus que motivée, j’ai décidé de tirer mon lait pour ce futur retour. Je n’y aurais jamais cru si on me l’avait dit. Je ne savais pas vraiment de quoi il s’agissait et aujourd’hui je commence à être plus calée sur le sujet ! D’ailleurs j’ai noté que pour s’accrocher à travers les potentielles difficultés d’un d’allaitement il fallait être bien équipée, se faire accompagner, trouver les bons interlocuteurs à qui poser TOUTES ces questions : des conseillères, d’autres maman… J’en apprends encore ! Alors qu’avant la naissance c’était flou pour moi car ce n’était pas concret. Il faut encore et encore se renseigner après mais c’est passionnant !

Cependant, attention à certains avis ou témoignages… Je suis entrée dans une pharmacie pour trouver un remède aux coliques de Zoey. Après 2 questions une pharmacienne a conclu que je n’avais pas assez de lait. Ce qui m’a fait rire (car ce n’est absolument pas le cas) et qui m’a fait bouillonner. Et si je l’avais cru ? J’aurais arrêté ? J’aurais arrêté à regrets mon allaitement ? J’en suis encore énervée pour ces autres femmes à qui elle va sortir ces aberrations sans connaître la courbe de croissance de l’enfant, sans voir plus loin que le bout de son nez… J’ai appris que seulement 2% des femmes pouvaient ne pas avoir assez de lait, il est donc très rare de devoir utiliser cet argument auprès d’une femme ! J’ai même entendu qu’une maman qui aurait adopté un enfant pouvait l’allaiter, si sa tête et son corps en avaient envie et essayaient ! J’ai trouvé cette information incroyablement belle et révélant ô combien la tête et le corps sont reliés…

11245493_961619420543740_4321817431213978460_n

Il y a quelques semaines, nous avons traversé une nouvelle difficulté, puisque Zoey après avoir pris quelques biberons test de mon lait sans broncher avec son papa, a décidé que cela ne lui plaisait plus et refusait le biberon à quelques jours de l’adaptation chez la nounou… Mais avec de la patience elle a accepté à nouveau le biberon…

Le choix de l’allaitement ou du biberon est souvent en adéquation avec la vision de son entourage et de son éducation : a-t-on été allaité ? Nos amies allaitent-elles ou donnent-elles le biberon ? Comment nos amis ou notre famille voient l’allaitement / le biberon ? J’aimerais tellement qu’il y ait un temps pour toutes, pour qu’on nous conseille comment choisir plutôt que prôner l’allaitement ou le biberon systématiquement ! Un temps où on pourrait se poser la question et poser des questions, un temps pour réfléchir et échanger. De toute façon on a environ 9 mois pour se décider, alors pourquoi précipiter les choses ? La réponse est au fond de vous ! Faites-vous confiance et faites confiance au bébé et au papa, bien sûr, qui a une place à jouer quel que soit votre choix à tous les 3 ! 

Rendez-vous sur Hellocoton !

22 comments

  1. Nathalie T. says:

    Bonjour Julie, je te suis depuis déjà très longtemps mais je crois que je ne m’étais jamais exprimée jusqu’à cet article… quel bonheur de lire ton ressenti sur l’allaitement !
    Je suis moi-même maman d’un petit garçon de 20 mois, que j’ai choisi d’allaiter, c’est ce que je souhaitais plus que tout… les débuts n’ont vraiment pas été faciles je ne vais pas le cacher… il y a eu les larmes de douleur, d’inquiétude car la courbe de croissance n’allait pas dans le bon sens mais nous avons tenu bon grâce à une bonne dose de volonté, beaucoup de patience, d’amour et aussi de soutien de la part de mon mari et de ma sage-femme. J’ai moi aussi eu droit à des commentaires, des réflexions, de personnes de mon entourage qui ne comprenaient pas mon « obstination »… moi j’avais l’intime conviction que c’était ce que je pouvais faire de mieux pour mon fils et qu’il ne fallait pas lâcher, qu’on allait y arriver tous les 2… il m’a quand même fallu un bon mois pour trouver notre rythme de croisière mais quel bonheur par la suite !!! J’ai repris le travail à ses 6 mois, j’ai moi aussi connu le tire-lait (aaaaah le tire-lait… quelle merveilleuse invention ! 😉 je l’ai allaité jusqu’à ce qu’il décide lui-même qu’il était assez « grand » pour se passer de ses petits moments entre nous et sans doute de mon lait, il avait 14 mois ! Ce fut à la fois un déchirement de perdre ses doux moments de symbiose, mais aussi un grand soulagement car il a fait ce choix tout seul, je n’ai pas eu à le « sevrer » (comme je hais ce mot…), ce que je redoutais vraiment! Voilà, je voulais te dire que je suis très heureuse que tu aies apporté avec ton article ta pierre à l’édifice pour changer le regard de beaucoup de gens sur l’allaitement et je te souhaite encore plein de jolis moments avec ta petite Zoey ! Très belle journée à toi

    • julycocoon says:

      Et quel bonheur pour moi de découvrir de nouvelles lectrices 🙂 ton témoignage est super tu as eu beaucoup de courage et d’amour ! Merci beaucoup et belle journée à toi et ton petit bout !!

  2. Gwen C. says:

    Tu as évidemment raison, c’est au couple de choisir, en fonction des possibilités et de ses envies. Mais on n’empêchera pas le monde de donner son avis sur tout et n’importe quoi, même ne connaissant pas le sujet… Alors que j’allaitais Petit Dernier dans les jardins de la mairie, accompagnée de mon mari heureux de la situation, j’ai croisée une connaissance, une fille de 20/25 ans sans enfant. On a discuté et elle m’a sorti, tout naturellement, sans réaliser je crois, qu’il fallait vraiment être égoïste pour allaiter son bébé car ça privait le papa du plaisir de le nourrir ! Mon fils était au sein à ce moment-même !

    Pour moi l’allaitement était une évidence, tout au moins essayer. Ca a été compliqué les deux fois. Pour ma grande, j’ai eu des crevasses très douloureuses, sanguinolentes, soi-disant trop peu de lait (et donc des granules à prendre pour augmenter la lactation)… Deux mois très difficiles car elle dormait très peu et pleurait beaucoup… Les choses ont commencé à s’arranger vers ses 3 mois, date à laquelle j’ai dû reprendre le travail et comme il m’était impossible de tirer mon lait au travail, j’ai dû la sevrer rapidement…

    Pour Petit Dernier, ça a aussi été compliqué 2 à 3 mois. Les mêmes soucis que pour ma grande, mais j’ai tenu bon et les mois qui ont suivi ont été vraiment supers au niveau de l’allaitement. J’ai la chance de l’avoir allaité 7 mois, avec un sevrage tout en douceur et c’est lui qui a fini par ne plus vouloir du sein. Dernière tétée le 15 janvier 2014, je m’en souviens encore… 🙂

    En ce qui concerne l’allaitement en public ça ne m’a jamais posé de soucis car pour moi c’était vraiment quelque chose de naturel, je nourrissais mon enfant, mais tout en pudeur évidemment. Je n’ai jamais déballé mon sein en public, je faisais attention à être discrète et à recouvrir d’un linge. Nous sommes même partis en vacances aux Etats-Unis quand Petit Dernier avait 1 mois 1/2, tout le monde nous disait qu’on était fou et que je ne pourrai pas allaiter vu les mœurs là-bas. Au contraire, tout le monde était très prévenant, on m’indiquait des endroits au calme pour que je puisse allaiter en toute sérénité (et peut-être ne pas choquer ?), je n’ai jamais vu de regard dérangé à notre égard. Et le must : dans tous les lieux publics il y a des nursury dignes de ce nom, avec en prime des rocking-chairs pour allaiter ! On les dit peu ouvert à l’allaitement et trop pudiques, mais c’est chez eux que je me suis sentie le plus à l’aise pour allaiter !

    (désolée pour le texte « un peu » long !)

    • julycocoon says:

      J’aime tellement ton retour d’expérience sur les USA !!!!! Pour avoir fait de superbes voyages là-bas je me retrouve totalement dans ce que tu dis ! La France fait sûrement partie des pays les moins ouverts sur l’allaitement et en plus elle se permet de critiquer les autres !!!! J’adore toujours tes textes un peu long qui recèlent d’anecdotes enrichissantes ! 🙂

  3. Elsa says:

    J’ai adoré ton article! J’ai moi-même découvert l’allaitement avec ma fille aînée, je suis actuellement enceinte et je compte bien allaiter le deuxième. Avant d’être maman je n’avais aucun a-priori sur l’allaitement, au contraire. Mais il m’est parfois arrivée de me sentir blessée par les propos d’autres femmes (car souvent se sont des femmes) fustigeant l’allaitement en public (ou même l’allaitement tout court) avec une vision extrêmement machiste et réductrice des choses. Mais comment faire comprendre à une femme qui n’a jamais eu d’enfant que l’allaitement n’est pas une pratique vulgaire et qu’elle ne fait pas de nous des vaches pour autant? Bref, ton article résume bien ce que je pense avec beaucoup de douceur.

    • julycocoon says:

      Merci !!!!!!!!!!! On oublie qu’on a la chance d’avoir un deuxième choix mais que l’allaitement est avant toi la loi du corps qui donne naissance et que c’est naturel 🙂 c’est clair qu’il n’y a vraiment rien de vulgaire à mon sens !

  4. mafavic says:

    Merci pour cet article juste, où tu exprimes ton ressenti et pas une vérité.
    Je n’ai pas allaité mon premier, pas même de tété d’accueil car je n’en ressentais aucune envie. Autant te dire que ce n’est pas facile à assumer, limite tu n’as pas envie d’accueillir ton enfant 😉 J’ai néanmoins pris énormément de plaisir à la regarder prendre son biberon et j’étais contente et émue de voir rapidement le papa prendre son rôle avec moi.
    La quasi totalité de mes copines a allaité, avec plus ou moins de facilité et je trouvais ça très bien aussi.
    Pour mon deuxième du coup, c’est une autre histoire. Je n’ai pas davantage envie d’allaiter mais j’ai maintenant tout un entourage qui me rabat les oreilles sur cette chose incroyable que je vais louper, ce moment privilégié, ce truc que je dois essayer au moins une fois avant d’avoir le droit d’avoir un avis sur le sujet.
    Et franchement, je trouve ça très désobligeant également.
    Bref, tout ça pour dire, que c’est un sujet personnel pour lequel il n’y a aucune vérité mais où l’on est constamment jugée.

  5. Lorelei says:

    alors moi j’ai raté mes deux allaitements parce que l’envie n’était pas là, je me forçais pour mon mari qui voulait que j’allaite, mais ça me stressait grandement, j’étais en panique à chaque mise au sein, qui du coup se passait mal….j’ai donc tout arrêté et j’étais beaucoup plus sereine et heureuse en donnant le biberon….
    Mais autour de moi j’ai plein de copines qui sont pro allaitement et ça n’a rien changé sur ma façon de vivre les choses.
    bisous <3

  6. Sarah says:

    Pour ma part, je suis dans le même cas que Mafavic. Toutes les femmes de ma famille ont allaité, mes amies, sauf moi… Et quand je l’ai dis haut et fort pendant ma grossesse, je me suis pris des réflexions! Par contre, le regret que j’aurai c’est que j’aurai aimé au moins faire la « tété d’accueil » mais à la maternité on ne me l’a même pas proposé. Dommage! Peut être que ça m’aurait fait changer d’avis…

    • julycocoon says:

      Je ne sais pas si ça fait changer d’avis si la décision est prise mais tu pourras essayer pour un prochain bébé ! Nul de la part de la maternité de ne pas t’avoir proposé par contre si tu n’en as pas émis le souhait contraire… Il y a encore du progrès à faire !!!

  7. Perrine says:

    Très bon article! J’ai aussi fait un article sur mon blog sur l’allaitement ou je te rejoint sur certain point. J’étais comme toi au début, je me suis dis, je test, puis j’ai été conquise, j’ai fait des recherches et je trouve cela tellement magique pour une maman!

  8. Laure says:

    Merci pour ces articles
    Apres avoir lu avec plaisir ceux sur les vouages qui m’ont tellement inspirés pour mes propres road trip, je lis à present avec bcp d’interet ces articles sur la maternité
    Je me nourrias de ton experience et de tes conseils. Je suis en plein dedans, c’est lheure des apprentissages pour moi et les gestes ne sont pas encore sure. Bien sur je demande conseils a des copines mais je sais qu’on fonctionne un peu pareil alors ton experience m’aide bcp merci !!

    J’aurais tellement de questions à te poser sur lallaitmeent que je trouve « dur » et je trouve qu’on est pas assez prevenu avant l’accouchement mais je ne veut pas abandonner.

    Voici quelques questions :
    – a quel age a t elle fait ses nuits ? On me dit qu’avec l’allaitement c souvent a 3mois
    – comment vous avez reussi a la soulager des coliques? Elle en a eu lgtps?

    Merci bcp
    Laure

    • julycocoon says:

      Salut Laure, merci pour ton message ! Ravie de pouvoir t’aider 🙂
      Zoey a fait ses nuits de 1 mois et depuis à 4 mois et demi puis une bonne pause de 3 mois quand j’ai repris le boulot. Ensuite un mois de nuit et là c’est redevenu difficile depuis une semaine. Pour moi ça n’a rien à voir avec l’allaitement et j’ai eu plein de témoignages en ce sens… Par contre je trouve que le fait de manger le soir avec la diversification l’a aidée (à la fin des 3 mois de calvaire)… Pour les coliques elle en a eu de 1 à 3 mois, c’était dur… Je ne sais pas si tu as d’autres questions ? 🙂

  9. Marie says:

    Enceinte depuis peu j’avoue que je ne me suis jamais posé la question, j’ai été allaitée et j’allaiterai a mon tour mon petit coquelicot. Bien-sûr des tonnes d’interrogations se bousculent dans ma tête… Est ce que je ne me sentirai pas trop mal a l’aise chez les amis, la belle famille, est ce que j’arriverai a faire participer le papa, est ce que j’arriverai a concilier travail et allaitement… Tellement de choses devront se mettre en place en si peu de temps…!
    Du coup des articles comme celui là aident a relativiser et a ne pas oublier que c’est avant tout la plus belle des expériences.

    • julycocoon says:

      En fait les choses se font naturellement tu verras, surtout si pour toi allaiter est une évidence ! Le reste découlera de la même manière ! Je te souhaite une très belle expérience à venir !!! 🙂

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.