Avoir des enfants non rapprochés

Cela fait super longtemps que je n’ai pas écrit un article plus intime. Je suis toujours maman louve mais en voyant Zoey grandir, les sujets évoluent et je pense que c’est aussi plus sein d’être moins fusionnelles, qu’on est sorties de la phase de maternage au sens propre pour s’épanouir l’une et l’autre ensemble mais aussi séparées. Mais, aujourd’hui, je voulais vous parler d’un tout autre sujet !

Baby Cocoon la suite ! Être une famille, c’est souvent faire des projets d’enfant(s). D’abord un premier, puis parfois d’autre(s). De mon côté, je pense que je n’ai jamais réussi à me projeter avant de vivre la maternité. L’envie m’est tombée dessus du jour au lendemain, après une discussion très importante avec Mr l’Amoureux. Je n’avais pas vraiment prémédité ma première grossesse. Je ne me suis jamais vraiment projetée comme maman. Pour moi, c’était des projets pour le futur mais je n’y pensais pas vraiment. Mais les choses faisant, les projets et les années s’enchaînant avec mon amoureux, je me suis demandé s’il était normal que ce projet ne vienne pas sur le tapis. Mais tout vient à point à qui sait attendre.

Dans la vie, j’aime poser une pierre après une autre. J’aime prévoir, travailler puis savourer l’aboutissement de mes décisions. J’aime avancer à mon rythme, à l’envie, à l’instinct. Impossible pour moi de me lancer dans de très gros projets en parallèles. Il y a d’abord eu le fait de vivre ensemble et de finir nos études. De commencer à voyager et à travailler. De se stabiliser puis de se marier. De voyager encore et d’acheter une maison. Et enfin, une fois toutes ces bases posées je me suis sentie prête. Mais vraiment prête alors quelques mois, voire quelques jours avant, je ne l’aurais pas été. Comme un fruit mûr à point !

Pour le deuxième bébé, je suis persuadée que c’est exactement la même chose. Après une première année d’épuisement total, je savoure notre équilibre à 3, nos projets, notre petite vie telle qu’elle est. Comme d’habitude, j’ai des projets. Des projets qui font rêver comme des voyages ou des escapades à 2 et à 3. Un projet professionnel que j’aimerais faire mûrir, mon défi 2018. Avant de me lancer dans un nouveau gros bouleversement dont je ne ressens pas encore l’envie.

Je me suis posée tellement de questions. Les miennes ou l’écho des vôtres, je ne sais pas toujours. La pression de l’entourage et de la société influençant toujours partiellement nos états d’âme. Est-ce que je veux plusieurs enfants, tout d’abord. Comme je me projette dans ma vie de famille plus tard. Comment j’imagine Zoey ? Quel écart d’âge minimal ou maximal ? Y a t-il assez de place chez nous : dans notre maison, dans notre mode de vie, dans nos économies ? La place dans notre cœur, je n’en doute pas, tant que l’envie est là.

Je n’ai pas pu me résoudre à faire un enfant parce que le premier a 2 ans, parce que j’ai dépassé les 30 ans, parce que les autres en ont envie. Je n’ai pas pu me résoudre à faire un enfant parce que ça apprendrait la vie à Zoey, parce que nous avons la situation idéale en ce moment, parce qu’ils seraient rapprochés.

C’est quoi des enfants rapprochés ? Est-ce qu’ils vont plus s’aimer ? Est-ce que cette question a vraiment de l’importance ?

Pour moi, faire un bébé avec amour et parce qu’on a de la place pour lui c’est la seule chose à laquelle il faut s’attacher. Pas aux conventions. Même si je doute aussi, d’un écart trop important entre les enfants qui pourrait déséquilibrer le rythme de l’un et de l’autre, je me laisse porter par mon intuition. Parce que la priorité c’est d’être heureux. Avec un ou plusieurs enfants. La priorité ce sont nos choix pour l’avenir. La priorité c’est d’aimer. Quels que soient ses choix !

Sur les photos, Zoey s’éclate avec un superbe déguisement zèbre de Wesco qu’elle ne veut plus quitter, depuis je l’appelle Zoey Zebra, comprendra qui pourra !

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 comments

  1. Lucie says:

    Je suis bien d’accord avec toi, c’est une question d’amour et d’envie (et un peu de place), rien d’autre ! Et apparemment l’écart d’âge idéal n’existe pas, il n’y a donc aucune raison de se soumettre à une quelconque pression 😉 Belle journée !

  2. Livteapaper says:

    C’est vrai qu’elle est présente cette pression de la société.. Je suis enceinte de notre premier enfant et on la ressent vite c’est vrai. Il faut 2 enfants. Voilà, moins c’est égoïste et plus tu deviens une espèce de poule pondeuse (véridique, on me l’a sorti un jour où je confiait en vouloir trois^^). Le numéro 2 il faut le lancé pas trop tard après le premier mais attention, pas trop tôt non plus hein !
    Et tant qu’à faire tu te débrouilles pour faire un garçon et une fille, c’est mieux (pour qui ?)

    Je crois que l’envie d’enfant ne doit pas tenir compte de tout ça. Je pense que si on fait un bébé sans en avoir envie au fond de soit c’est le meilleur moyen de détruire un équilibre.
    Nous quand on en parle on les imagine rapprochés, pour une question de rythme aussi, pas replonger dans le rythme bébé /couches/sieste alors qu’on en est ressorti avec l’aîné.
    Mais on ne peut pas savoir en fait, ce qu’on souhaitera vraiment après la naissance de ce premier enfant. Peut être qu’on aura besoin de temps pour se projeter à nouveau dans une grossesse.
    Désolée pour ce commentaire trop long mais tu vois, ton article m’inspire de bon matin ^^

    • julycocoon says:

      Quel plaisir de lire vos (longs) commentaires ! Il y en a de moins en moins sous mes articles et ceux qui font venir les commentaires sont du coup les plus savoureux… je crois que je n’avais pas ressenti la pression du deuxième avant les in ans de Zoey ! J’y songeais même pas moi à ce deuxième ! J’attends, peut-être bêtement, que l’envie vienne mais au moins je suis sûrement plus en équilibre ou du moins je cherche aussi mon équilibre que d’autres plans et même si la famille est tte d’importante, on a besoin d’être épanouies sur d’autres domaines, moi je pense qu’en 2018 je dois prendre du temps sur d’autres sujets aussi !!!! Pour être prête à être une wondermum x 2 !!

  3. Helenemafeerie says:

    Je crois que chacun doit faire comme il a envie et encore plus quand il s’agit d’un enfant. J’ai l’impression que avoir des enfants rapprochés est devenu « une mode » et que si on ne faut pas comme tout le monde on se trompe . Et bien non je ne suis pas d’accord, avoir un enfant doit être un choix et non une obligation . Alors enfant unique ou famille nombreuse, rapproché ou non tu fais bien comme tu le souhaites car c’est ta vie et tes choix.

  4. Lili et ses filles says:

    La vraie bonne réponse à cette question, c’est LA votre, peu importe le reste. Nous on les voulait rapproché, elles ont 2 ans d’écart, et c’est ce qui nous convient, avec les avantages et les inconvénients, elles ont le même rythme, on peut facilement partager des activités en famille, les mêmes jeux, etc … mais c’est clairement épuisant d’avoir 2 petits en même temps, et peut-être plus de rivalités, justement, car elles ont les mêmes jeux ^^
    Bref, à chacun de se construire sa famille idéale 🙂

  5. Emma June says:

    J’aime beaucoup beaucoup ta manière d’écrire et de parler de ce sujet. je pense comme toi même si pour nous, on s’arrête à un car on adore cet équilibre qui correspond à nos envies.. en tout cas ton écrit est rare et m’a vraiment touchée. bravo. belle journée à toi.

    • julycocoon says:

      Merci Emma, ça me fait plaisir ! Surtout que je n’ai pas vraiment essayé d’écrire d’une manière particulière pour ce sujet mais il est sorti des tripes, comme tous mes articles autour de la maternité !!! Belle journée à toi et reviens vite !

  6. Elo says:

    Ah la fameuse pression du premier, puis du deuxième!!!Les gens sont tellement maladroits! Chacun fait selon ses envies et surtout ses possibilités… La vie est pleine de surprises, d’événements,… Nous avons (les femmes), des vies épanouies, bien remplies et notre équilibre de vie pro/perso est important… Et parfois c’est difficile de s’imaginer avec un autre enfant alors que l’on a enfin réussi à trouver un équilibre, a enfin retrouver du temps pour soi, du temps à 2, etc Finalement ce sont souvent les « anciens » qui nous posent des questions, nous mettent une pression du deuxième sauf que les modes de vie ont évolués. Peut être qu’un jour tu auras envie d’un deuxième ou peut être pas. Ou parfois la vie nous joue des tours et malgré l’envie, et bien ce deuxième n’arrive pas! Quoi qu’il arrive, n’écoute que toi! Et puis on est pas obligé de faire comme les autres hein! 😉

    • julycocoon says:

      Tout est assez vrai à part que je ne trouve pas que la mode des enfants rapprochés ne vienne que des anciens… mais bon ! Et non, la mode n’est pas un prétexte !!!

  7. Julie Fleurdementhe says:

    Comme je te comprends. Notre fille est de l’âge de la tienne et je ne sais pas si le deuxième enfant est voulu par les conventions et l’entourage ou par nous vraiment.
    Des fois j’en ai super envie quand je la vois jouer avec ses poupées quand je nous vois tous les trois quand je croise des bébés et puis finalement au fond c’est le doute…
    Bisous

  8. dey says:

    Ah ah je l’ai souvent entendu cette question : « a quand le deuxième? » après numéro 1. Et entre numéro 1 et numéro 2 il y a ….5 ans!! Et on ne regrette rien, c’était pour nous le bon moment pas avant ni après 😉

    Et tu sais quoi aujourd’hui on a le droit à :  » A quand le 3 ème pour tenter la fille?  » lol

  9. sarah says:

    Je suis tellement contente que tu ai écris cet article!!! Je voulais justement échanger avec toi. Ma fille a le même âge que la tienne, mes beaux-parents me posent la question à chaque fois du « à quand le 2ème » alors que mes propres parents prônent l’enfant unique (bah oui, je suis fille unique, donc pour eux, c’est le seul modèle valable). J’avoue que ces pressions différentes font qu’aujourd’hui je suis perdue. Alors, j’attends… J’espère qu’à un moment l’envie viendra (pas trop tard, hein? je ne rajeunis pas!!)..
    Et je te passe les regards de mes collègues qui scrutent le moindre faits et gestes pour voir qui est enceinte de qui ne l’est pas..
    Merci pour cet échange

    • julycocoon says:

      Tes premiers mots m’ont fait sourire, sourire, sourire 🙂 la prochaine fois, n’hésite pas si tu veux échanger en off ! Je comprends totalement que tu te raccroches à ton modèle, on fait tous un peu ça, c’est familier, c’est rassurant, on connaît donc on pense qu’on maîtrise !
      De mon côté, on essaye de s’en détacher ! On est tous les deux de familles de 3 enfants mais avec notre vie en ville on ne s’imagine plus vraiment avec autant d’enfants… ni rapprochés comme on a pu l’être ! Comme quoi, on peut prendre nos propres décisions ! J’espère aussi que l’envie viendra ou pas mais qu’on sera en accord avec nos choix ! Bisous Sarah !

  10. infullswing says:

    La forme de tes écrits et la manière de les déposer ici ne se fait effectivement pas forcément dans l’oralité. J’aime beaucoup cette réflexion, cette manière de défaire une pensée simpliste pour nous proposer une idée du bonheur ; j’aime beaucoup ces mots doux posés sur cette question… que je ne t’ai pas non plus épargnée 😉

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.