30 ans, des cernes, 3 cheveux blancs…

30 ans, des cernes, 3 cheveux blancs, quelques rides qui commencent à s’installer au coin des yeux. Mes cheveux sont mêlés, fatigués et ternes. Il est temps de se prendre en main. Alors, ce jeudi après-midi, je suis chez ce coiffeur entourée de petites mamies.

Je trouve cela émouvant de voir qu’à chaque âge de la vie, les femmes prennent soin d’elles. Quelles s’offrent un moment pour elles. Comme moi, à 30 ans. Moi qui me trouvais vieille, ce matin, dans mon miroir. Moi qui ai osé me plaindre de mes rides et de mes premiers cheveux blancs. Moi, dans mon miroir, à 30 ans.

15284830_1230070503698629_2197663229780441479_n

Moi, qui me déplace sans canne, moi qui n’ai pas à couvrir la couleur de mes cheveux, moi qui n’ai pas besoin d’aller chez le coiffeur car je n’arriverais pas à me les laver seule. J’ai osé me plaindre de ce que je voyais dans le miroir. Alors que ces petites mamies, en passant à côté de moi, m’auraient sûrement donné moins que mon âge, m’auraient dit que j’avais toute la vie devant moi et que j’avais la santé. Et elles auraient eu raison. Si elles avaient su.

D’ailleurs, l’une d’elles s’étonne de la longueur de mes cheveux. « Sûr qu’il doit y en avoir des noeuds ». Qu’elle n’aimerait pas être coiffeuse. Je ris. Je regarde à mon tour ses cheveux. D’un blanc parfait. Noués en un chignon que seules les grands-mères aux cheveux blancs parfaits portent si bien. Ceux qu’on agrémente d’une broche. D’une broche avec une perle qui scintille, le dimanche. Je sais définitivement que, plus tard, j’aurai mon chignon aux cheveux blancs. Je l’ai toujours su. Depuis que j’ai vu ces grands-mères bretonnes aux cheveux blancs parfaits, noués en chignons. Vous savez, celles qui ont des poules et des roses dans leur jardin. Plus tard, j’aurai donc les cheveux longs. Et blancs. Et secrètement j’espère atteindre ce blanc parfait.

15349741_1233987489973597_7719339882128390164_n

Alors, je suis ressortie plus pimpante que j’étais arrivée, forte de cette leçon de vie, amusée par cette vie bouillonnante de quartier, à l’aise dans mes boots de jeune trentenaire dont on se fout éperdument des rides et des cheveux blancs. La vie et l’amour s’en foutent. Pourquoi pas moi ? La vieillesse n’est pas de mon âge, profitons encore avant de nous plaindre de nos cheveux blancs. Un jour ils seront parfaits, comme dans mes yeux d’enfant !

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 comments

  1. P'tite Poulette says:

    Ton texte est touchant et émouvant… j’ai toujours été proche de mes mamies… et je n’ai jamais eu peur de vieillir car elles étaient belles, et prenaient soin d’elle. C’est une jolie leçon de vie.

    (je suis la première à observer mes ridules le matin haha)
    Je t’embrasse
    Géraldine

    • julycocoon says:

      Merci !! Mais je ne parlais pas de mes mamies dans l’article, elles n’ont pas les longs cheveux blancs parfaits dont je rêve mais d’autres mamies de la vie 😉

  2. Claire - 30 ans (ou presque) says:

    Joyeux 30ème anniversaire, July !
    Les cheveux blancs, je pense que c’est un cap à passer. Moi aussi j’ai toujours été admirative de la chevelure immaculée des belles mamies. Un jour, ça nous arrivera aussi… (j’espère juste pas rester coincée au stade « poivre et sel » ^^

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.